En France, le secteur du bâtiment est le plus gros consommateur d'énergie : il représente 43% des consommations énergétiques françaises, soit 1,1 tonne équivalent pétrole par an et par habitant. Au total, le bâtiment produit chaque année plus de 120 millions de tonnes de dioxyde de carbone, gaz à effet de serre, soit près du quart des émissions nationales. Depuis plusieurs années, la  municipalité consacre environ 200 k€ chaque année à l'isolation thermique des bâtiments publics.

De plus les anciennes chaudières sont progressivement remplacées par de nouvelles chaudières à condensation, l’économie est alors de l’ordre de 20% en consommation de gaz.


 1. Scolaires : le groupe scolaire du Parc de Diane (photo) a été entièrement rénové en 2012 et 2013 et le bâtiment a aujourd’hui le label BBC (Bâtiment Basse Consommation). L'économie mesurée est de 100 MWh/an (non corrigée des variations climatiques).

Les deux autres groupes scolaires : Mousseau-Toutain et Bourget Calmette sont aujourd’hui entièrement équipés en double vitrage,l'école Émile Mousseau est équipée de panneaux solaires et devrait faire l’objet de travaux d’isolation en 2020.

La commune a installé une chaudière à bois et a procédé à l'isolation par l'extérieur de l'école élémentaire de Bourget-Calmette en 2018 (celle de la maternelle est prévue pour 2020). Ainsi, la chaufferie au gaz existante ne servira qu'en cas de secours ou de météo extrême. Une solution écologique et économique « D'un ensemble de bâtiments qui consommait en moyenne 260 kWhEF/m2/an*, nous devrions passer à la fin des travaux à environ 100 kWhEF/m2/an, indique Denis Martin, directeur des services techniques. Par ailleurs, le granulé bois permettra une économie par rapport au gaz, de l'ordre de 5 à 6 000 € par an sur le combustible. À titre indicatif, la facture actuelle est d'environ 18 000 € ». En ce qui concerne le Bilan Carbone, la réduction attendue est d'un peu plus de 50 t d'équivalent CO2 par an. 

*kilowatt-heure d'énergie disponible pour l'utilisateur final par mètre carré et par an. 

 



Améliorer le confort thermique de ces équipements, réduire les rejets de CO2, diminuer la facture de chauffage : trois bonnes raisons ont amené la commune à installer une chaudière à bois et à procéder à l'isolation par l'extérieur de l'école élémentaire en 2018 et celle de la maternelle durant l'été 2019. Ainsi, la chaufferie au gaz existante ne servira qu'en cas de secours ou de météo extrême. Une solution écologique et économique « D'un ensemble de bâtiments qui consommait en moyenne 260 kWhEF/m2/an*, nous devrions passer à la fin des travaux à environ 100 kWhEF/m2/an, indique Denis Martin, directeur des services techniques. Par ailleurs, le granulé bois permettra une économie par rapport au gaz, de l'ordre de 5 à 6 000 C par an sur le combustible. À titre indicatif, la facture actuelle est d'environ 18 000 € ». En ce qui concerne le Bilan Carbone, la réduction attendue est d'un peu plus de 50 t d'équivalent CO2 par an. 

*kilowatt-heure d'énergie disponible pour l'utilisateur final par mètre carré et par an.