Les espaces verts

La France est le 2ème pays européen utilisateur de pesticides. À travers la pollution des cours d’eau, les fruits et légumes contiennent des résidus de pesticides qui se retrouve dans notre organisme. De nombreuses études scientifiques prouvent le lien entre produits phytosanitaires (désherbant, insecticide, fongicide, engrais chimiques) et maladies…

La biodiversité s'apprécie en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes dans l'espace et dans le temps, ainsi que les interactions au sein de ces niveaux d'organisation et entre eux. Depuis le sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, la préservation de la biodiversité est considérée comme un des enjeux essentiels du développement durable... Au-delà des raisons éthiques, la biodiversité est essentielle aux sociétés humaines qui en sont entièrement dépendantes à travers les services écosystémiques (source wikipédia).

Face au réchauffement climatique et à la disparition de plus en plus rapide des espèces animales ou végétales il est indispensable de s’engager en adoptant des espèces végétales bien adaptées au sol et au climat qui répondent aux besoins de la petite faune de notre région d’Île-de-France. L’usage intensif de produits phytosanitaires, les monocultures ont largement contribué à la régression de la diversité des espèces végétales. Une liste d’espèces recommandées est annexée au PLU de la ville.

 Avez-vous remarqué ces drôles de petites chenilles poilues à la file indienne ? Attention ! leurs poils urticants provoquent des réactions cutanées. Veillez à éloigner animaux et enfants de leur contact.

Pour lutter contre ces chenilles, les espaces verts de la commune ont installé des nichoirs et écopièges à l'école du Parc de Diane. Le schéma joint vous permettra de connaitre les moyens de lutte en fonction de l'évolution de la chenille.


Jouy n’a pas attendu la loi Labbé de 2019, le zéro phyto et la gestion différenciée y sont pratiqués pour l’entretien des espaces verts depuis 2008 et sur l’ensemble du territoire depuis 2016. À la place de ces produits, les agents utilisentd’autres solutions, par exemple la désherbeuse à eau chaude, le fauchage tardif  et les prairies fleuries. Outre le fait qu’elles nécessitent moins d’entretien, ces dernières techniques embellissent la ville de fleurs champêtres et offrent un refuge à de nombreuses espèces d’insectes et d’oiseaux.  

 

Pour le cimetière, le remplacement des petites allées gravillonnées ou émulsionnées en allées ensemencées avec des gazons à pousse lente et la rénovation des pavages de caniveaux pour éviter les adventices permettront de réduire l’entretien. Certains espaces seront fleuris pour faire de ce lieu de mémoire un écrin de verdure.

 

Le fleurissement des massifs municipaux évolue en remplaçant progressivement les plantes annuelles par des vivaces ayant une longue période de floraison, couplé avec un paillage pour réduire les arrosages. Néanmoins les anciennes bulbes sont souvent redistribués aux habitants car les bulbes remplacés sont toujours capables de fleurir au printemps !



 Lors de nouvelle plantation d’arbres, le choix des plantations effectuées dans les espaces verts de Jouy en Josas favorise la biodiversité, avec des espèces adaptées locales, mellifères, quelques fois sauvages ou anciennes, afin de respecterles écosystèmes locaux. Par exemple le jardin Léon Blum qui va accueillir un verger en partenariat avec les Croqueurs de Pomme, ou le nouvel aménagement du jardin de musique en partenariat, tout deux en partenariat avec l'EA-Técomah. Toujours dans l'optique de développer la trame verte et bleue, différents aménagements ont été mis en place comme la ZNIEF des Bas prés avec la naturalisation de la Bièvre et la zone humide du Chapeau de Gendarme au Val d'Albian en partenariat avec le SIAVB.


La tonte au naturel

Depuis 2018, chaque printemps, un couple de moutons d’Ouessantest accueillià l’école du Parc de Diane ! Cette pratique écologique permet, pour un coût moindre, de limiter les effets négatifs de la tonte mécanique, s’ajoutant à cela l’intérêt pédagogique pour les écoliers. Cette pratiquesera étendue à d’autres espaces de la commune.


Des nichoirs pour favoriser le retour des oiseaux

La raréfaction des sites de nidification naturels faitobstacle à la reproduction des oiseaux de nos jardins : mésanges (particulièrement efficaces contre la chenille processionnaire), sittelles, grimpereaux, rouges-queues… Pour remédier à cettesituation,la commune distribue des nichoirs fabriqués par un habitant bénévole,et encourageleur installation dans les jardins ou sur les balcons. Une opération à succès puisque 70 nichoirs ont déjà trouvé preneurs depuis un an.Êtes-vous prêts pour la prochaine saison ?

 



Fleurissez votre rue, en bordure de votre propriété. Il vous suffit de demanderà la mairie un « permis de végétaliser » ! Une fois votre idée validée par les services techniques, vous pourrez vous lancer. Premières réalisations: rue Clémenceau (avec l’aide d’étudiants de L’ÉA-Tecomah),rue Bourget-Calmette, et bientôt, rue Allavoine, en profitant des travaux de réfection de la chaussée et des trottoirs. Ça vous interresse ?